Celui qui est : un nouvel univers fantastique est né

Si vous avez aimé la saga « Harry Poter » de l’Auteure Anglaise Joanne Rowling, ou les tomes 1, 2 et 3 de « Rose de Wégastrie » de la Martiniquaise Nadia Chonville, vous aimerez sans aucun doute « Celui qui est », le premier né du même genre d‘Emilie Brathwaite. Cette dernière, même si son nom n’en dit rien, est Martiniquaise.


Qui n’a pas, à un moment ou à un autre de son existence, rêvé ou imaginé être doté de pouvoirs surnaturels superpuissants, qui lui permettraient de déplacer par la simple pensée un objet, ou même de se déplacer soi-même d’une minute à l’autre et d’un point à l’autre du globe ; de déjouer les plans de son pire ennemi ; ou mieux, d’avoir la faculté de lire dans les pensées de ses interlocuteurs.

Si la réalité n’autorise pas cette vie où se côtoieraient des séduisantes Catwoman, des intrépides Elektra, des terribles Blade et tous ces autres supers héros tant redoutables que redoutés, la littérature, elle, le permet. Et c’est d’une fort belle manière que nous le démontre Emilie Brathwaite avec son premier roman.

 

La Martinique, théâtre du combat entre des mondes d’une autre dimension

Des personnages aussi mystérieux que torturés, des pouvoirs magiques tantôt au service du bien tantôt au service du mal, du suspens en abondance, c’est tout cela l’intrigue, captivante, de « Celui qui est », avec comme toile de fond la Martinique.

 

Une intrigue qui défile par ailleurs au gré d’un amour juvénile naissant, et soumis lui aussi à son lot d’épreuves. Et si ce sentiment amoureux qui lie Alexia et Aredjane, les deux personnages principaux, était la clé du dénouement dans ce bras de fer qui s’est engagé entre les deux mondes ?

L’un où les pouvoirs maléfiques associés à la ruse, à la méchanceté, à la manipulation, sont les premières armes pour arriver à ses fins – c’est le monde de Prenggade (ou Eiszerande) et de ses disciples, les Yrrhes –, et l’autre, où ce qui est n’est pas toujours ce que l’on croit…

Cela, la jeune et belle Alexia l’apprendra à ses dépens. Le lecteur quant à lui, accompagnera l’adolescente dans ses combats ; souffrira, tombera et se relèvera avec elle ; se réjouira des rares moments de bonheur qui égayent sa destinée. Et enfin, il se laissera surprendre par une 406ème page arrivée trop vite et qui manifestement n’est que le début d’une série prometteuse … Vive le deuxième tome !

 

Un extrait pour mettre en haleine

« Sans attendre, elle fit résonner le plat de sa main sur la petite table et, d’un coup, celle-ci s’enfonça dans le sol. Le tas de poussière qu’elle laissa derrière elle se souleva avant de recouvrir les murs. Les clous, les uns après les autres, abandonnèrent les planches qu’ils maintenaient. Le bois se gonfla comme du linge sous la brise avant de se rompre et de se disperser aux quatre coins du sous-bois. Le paysage alors se métamorphosa sous leurs yeux. »

Celui qui est, par Emilie Brathwaite, Editions Jets d’encre, 2013, 406 pages.

 ACHETER CELUI QUI EST

2 commentaires

  • Barbara de MyLuckiLife dit :

    Bonjour Georges. Merci de votre commentaire qui, j’en suis certaine, encouragera Emilie Brathwaite à nous servir la suite des aventures. J’aurai grand plaisir à vous en proposer le commentaire. N’hésitez pas à découvrir les autres suggestions de lectures dans MyLuckiBook. Bien à vous, en vous souhaitant une lucki life.
    Barbara de MyLuckiLife.

  • Georges INAPH dit :

    J’ai découvert ce roman par hasard, au détour d’un surf sur Internet. La page de couverture à retenue mon attention, m’a interpelé… Le titre « Celui qui est » m’a fait à tord penser à un roman « spirituelo-religieux » mais en lisant le résumé de présentation ma curiosité a été piquée au vif !!!

    J’en ai fait l’acquisition via un site marchand en ligne et une fois en main, l’attrait pour cet ouvrage c’est avéré réel.

    Je l’ai lu en deux étapes (appétit accru pour le déroulement de l’histoire vraiment bien écrite, belles descriptions des lieux, des personnages, des ambiances,… Des personnages attachants ou détestables 🙂 mais qui ne laissent pas indifférents.)

    J’ai découvert l’univers de Mme Emilie Brathwaite avec grand plaisir, ce roman de 400 pages !!! est un véritable trésor.

    Vivement la suite des péripéties de Malfini, Alexia et Aredjane !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *